May 20, 2016

Newfoundland and Labrador Considers P3 Options

By Stephen Thorne

Time is not a luxury that Newfoundland and Labrador’s new Transportation and Works minister has as he looks for solutions to his province’s infrastructure challenges. Yet he says time is what solutions will take.

Al Hawkins delivered the keynote address at a half-day conference in St. John’s co-sponsored by the Canadian Council for Public-Private Partnerships and the St. John’s Board of Trade. While he signalled a shift in provincial policy on the sensitive issue of public-private partnerships, the minister made it clear his government is not looking for a flood of quick fixes.

“There is no doubt that we are facing many challenges as we move forward,” he said, citing a $2.7-billion debt. “Our province is in a very difficult fiscal situation that continues to change with the price of oil and other economic pressures.

“It is incumbent on us as a government to make sure that going forward we position the province for success.”

Elected last November, the Liberal provincial government tabled its first budget on May 2, and allocated $570 million for roads, schools, health-care facilities and municipal infrastructure projects over the next year – investments aimed at encouraging economic growth and creating jobs, while leveraging federal funding and meeting public needs.

In order to help make that money go as far as possible, Hawkins said Newfoundland and Labrador needs to work more in partnership with organizations “that have the expertise and a history of success.”

“We have to do business in this province better than we’ve been doing it,” he declared, vowing to take politics out of the tendering process and emphasizing the need to find the best value for money.

Keynote Speech by Hon. Al Hawkins

“We believe in partnering with the private sector and commit to continued consultation and collaboration on public policy development. We believe there are opportunities for partnerships and we are assessing all options.

“The end game is finding the model that makes the most sense for our province and that respects the roles and responsibilities of the public service.”

The conference, entitled “P3s: Building Rock-Solid Partnerships,” brought an impressive lineup of expertise to The Rock for panel discussions on issues as varied as value-for-money, the role of local companies in P3 projects and leveraging P3s for Newfoundland and Labrador’s specific needs.

All of those issues are prominent as the province, among the last to embrace the P3 concept, explores its options.

Johanne Mullen, who leads deals, infrastructure and project financing at Pricewaterhouse Coopers, says value for money is integral to the process of determining how to best deliver a particular project or program so that it gives taxpayers the most bang for their buck. VIEW VIDEO >>

P3s are not a one-size-fits-all solution, she said in an interview.

“It’s a model that should be looked at,” Mullen said. “The analysis should be done as projects are being developed. It’s not a panacea; it’s a well-adapted model under certain circumstances for certain types of assets.”

More than 230 public-private partnerships have been conducted across Canada in the last decade-plus. But only between 20 and 30 per cent of public infrastructure expenditures countrywide are being spent on P3s.

Newfoundland and Labrador has specific challenges by way of its locale, climate (short construction seasons) and other factors, but the process and the drivers that make or break the concept remain the same. Mullen said P3s can have advantages because they are subject to:

  • deeper and more robust planning;
  • a more rigorous procurement process;
  • the discipline of private finance, its perspective and the layers of controls that drive projects to deliver on time and on budget;
  • life-cycle planning that see a project through its conclusion and onward.

“All of those key steps – the different approach which we have to take in P3s – drives a result that manages risk more effectively in government.”

RELATED CONTENT

The World Learns About P3s from Canada

Minister Hawkins said in a media scrum outside the conference doors that his province is looking at various forms of P3s. It’s already scrapped one proposal for long-term care facilities because it wasn’t the right fit. It’s now looking at others.

Hawkins said the province’s money crunch won’t force it to make hasty decisions on P3s. But he did suggest decisions will be based more on the structure of the proposals than the concept itself.

“All of us, whether it’s business or government, look at all types of models and opportunities that might bring benefit to taxpayers,” he said. “This (P3s) could certainly be an opportunity.

“We’ve got to do a better job of seeing how we can provide services from different avenues and, certainly, P3 and with the different models of P3, there are opportunities for us to have discussion with industry stakeholders.”

In a province where the labour movement is robust and opposition to P3s from the public sector has been vigorous, Hawkins said his government is looking at the various forms of P3 in efforts to find a common ground that meets the fiscal challenge. Long-term care facilities were foremost in mind.

“It does not have to be a full-service delivery. You can have design, build, project management, maintenance, operations, clinical services and delivery. It’s not necessary to have all of these.”

RELATED CONTENT

Video of Q&A Sessions with Infrastructure and Communities Minister Amarjeet Sohi

The same can be said for transportation projects, including roads, bridges and ferries, he noted.

Mark Romoff, president and CEO of the Canadian Council for Public-Private Partnerships, a not-for-profit organization promoting P3 infrastructure development, said while P3s are not a panacea, they are “a tool in the toolkit.”

“There are different ways the private sector can participate,” he emphasized in an interview.

RELATED CONTENT

Mark Romoff, President and CEO, CCPPP, Explains How P3s Work

Under the P3 model, businesses generally form consortia, bid a project and, depending on their structure, they can perform all or any combination of roles, from private financing arrangements to design to construction to long-term maintenance and even operation.

The key is ensuring value for money and that the project is delivered on time and on budget. In Ontario alone, 44 of the last 45 P3s did just that. Romoff says those kind of results can surely be replicated in Newfoundland and Labrador.

“The way in which you structure the contractual arrangement can vary, but you want to ensure that the private sector is taking on risk, because it’s that skin in the game that’s going to get you the focus on delivering on time and on budget,” said Romoff.

While most consortia working in Canada right now have an international element, participation by local companies remains critical.

Andrew Gates, vice-president of infrastructure services at CBCL in Halifax and a conference panelist, said whatever the project, local issues are always an influence.

“There’s local need and local constraints,” he said in an interview. “Local people generally know those better than anybody else. They’re living with the need. It’s probably been studied a number of times.

“They may know less about the delivery mechanism because they haven’t been involved in that, but that’s relatively easy to learn. It’s knowledge of the project that’s key. Newfoundland firms and organizations are well-equipped to do that.”

A study conducted for the council by InterVISTAS Consulting Inc. noted that, countrywide between 2003 and 2012, P3s were responsible for $9.9 billion in government cost-savings and P3-related tax revenues totalled $7.5 billion.

Des Whelan, chairman of the St. John’s Board of Trade, said P3s are tailored to the times, potentially allowing a cash-strapped government like Newfoundland’s to launch and manage projects in a timely and effective manner.

“What we’re trying to do here with our conference on partnerships is introduce some ideas into the community, create some public discourse and debate about new ways to finance and build infrastructure that can help Newfoundland and Labrador achieve its goals” he said. “We want to encourage our government to be more creative in how they build infrastructure.”

Des Whelan, Chair, St. John's Board of Trade, Discusses the Benefits of P3

Le 20 mai 2016

Terre-Neuve-et-Labrador envisage les solutions de P3

par Stephen Thorne

Le temps n’est pas un luxe dont dispose le nouveau ministre des Transports et des Travaux de Terre-Neuve-et-Labrador alors qu’il cherche des solutions aux problèmes d’infrastructure de sa province. Or, il affirme que les solutions prendront du temps.

Al Hawkins a prononcé un discours liminaire lors d’une conférence d’une demi-journée à St. John’s coparrainée par le Conseil canadien pour les partenariats public-privé et la chambre de commerce de St. John’s. Quoiqu’il ait signalé un changement sur le plan de la politique provinciale relativement à la question délicate des partenariats public-privé, le ministre a indiqué clairement que son gouvernement ne cherche pas une avalanche de solutions simples.

« Il ne fait aucune doute que nous devrons relever de nombreux défis à l’avenir », a-t-il indiqué en faisant notamment référence à une dette de 2,7 milliards de dollars. « Notre province se trouve dans une situation financière très difficile qui continue de changer selon le prix du pétrole et d’autres pressions économiques.

« Comme gouvernement, il nous incombe de veiller à avoir les outils en place pour assurer la réussite de la province. »

Élu en novembre dernier, le gouvernement provincial libéral a déposé son premier budget le 2 mai et affecté une somme de 570 millions de dollars aux routes, écoles, établissements de santé et projets d’infrastructure municipale durant la prochaine année. Ces investissements visent à favoriser la croissance économique et à créer des emplois, tout en tirant parti du financement du gouvernement fédéral et en répondant aux besoins de la population.

Pour optimiser le plus possible cet argent, le ministre Hawkins a indiqué que Terre-Neuve-et-Labrador doit travailler davantage en partenariat avec des organismes qui « possèdent l’expertise et ont fait leurs preuves ».

« Nous devons améliorer nos façons de faire dans cette province », a-t-il déclaré, s’engageant à dépolitiser le processus d’appel d’offres et soulignant la nécessité d’optimiser les ressources.

Discours liminaire de l’honorable Al Hawkins

« Nous croyons en l’importance de faire équipe avec le secteur privé et nous engageons à poursuivre le processus de consultation et de collaboration lié à l’élaboration des politiques publiques. Nous croyons qu’il y a des occasions de partenariats et nous évaluons toutes les options.

« Notre objectif est de trouver le modèle qui a le plus de sens pour notre province et qui respecte les rôles et responsabilités de la fonction publique. »

La conférence intitulée « P3: Building Rock-Solid Partnerships » a réuni une impressionnante brochette d’experts lors de discussions en groupe sur des questions aussi variées que l’optimisation des ressources, le rôle des entreprises locales dans le cadre des projets de P3 et la prise en compte des P3 pour répondre aux besoins particuliers de Terre-Neuve-et-Labrador.

Toutes ces questions sont importantes pendant que la province, une des dernières à adopter le concept des P3, examine ses options.

Johanne Mullen, qui gère les transactions, l’infrastructure et le financement des projets à la société PricewaterhouseCoopers, affirme que l’optimisation des ressources fait partie intégrante du processus visant à déterminer comment réaliser au mieux un projet ou un programme donné afin de s’assurer que les contribuables en ont le plus possible pour leur argent. VISIONNER LA VIDÉO >>

P3s are not a one-size-fits-all solution, she said in an interview.

Les P3 ne sont pas une solution uniformisée, a-t-elle affirmé lors d’une interview.

« C’est un modèle qui devrait être examiné », a indiqué Mme Mullen. « Une analyse devrait être effectuée lorsque des projets sont en cours de réalisation. Le modèle des P3 n’est pas une panacée; c’est un modèle bien adapté dans certaines circonstances et pour certains types de biens. »

Plus de 230 partenariats public-privé ont été établis d’un bout à l’autre du Canada au cours de la dernière décennie. Toutefois, seulement 20 à 30 pour cent des dépenses d’infrastructure publique au pays sont consacrées aux P3.

Terre-Neuve-et-Labrador est confrontée à des difficultés particulières en raison de son emplacement, de son climat (saisons de construction brèves) et d’autres facteurs, mais le processus et les éléments qui mènent à la réussite ou à l’échec du concept sont les mêmes. Mme Mullen a mentionné que les P3 peuvent présenter des avantages parce qu’ils sont assujettis aux mesures suivantes :

  • une meilleure planification;
  • un processus d’approvisionnement plus rigoureux;
  • la discipline des finances privées, leur perspective et les mesures de contrôle qui favorisent la réalisation des projets selon les délais et les budgets impartis;
  • la planification du cycle de vie d’un projet, jusqu’à son achèvement et par la suite.

« Toutes ces mesures clés – l’approche différente que nous devons adopter pour les P3 – produisent des résultats qui permettent de gérer le risque plus efficacement au sein du gouvernement. »

CONTENU CONNEXE

Le monde découvre les P3 du Canada
(en anglais seulement)

Lors d’une mêlée de presse à l’extérieur de la salle de conférence, le ministre Hawkins a indiqué que sa province examine différentes formes de P3. Une proposition visant des établissements de soins de longue durée a déjà été écartée parce qu’elle ne répondait pas aux critères. La province envisage maintenant d’autres solutions.

Le ministre Hawkins a souligné que les problèmes financiers de la province ne la forceront pas à prendre des décisions précipitées concernant les P3. Il a toutefois laissé entendre que les décisions seraient axées sur la structure des propositions plutôt que sur le concept en soi.

« Tous les intervenants, qu’il s’agisse des entreprises ou du gouvernement, examinent tous les types de modèles et d’occasions qui pourraient bénéficier aux contribuables », a-t-il indiqué. « Les P3 pourraient certainement générer des débouchés.

« Nous devons mieux déterminer comment fournir des services en examinant diverses avenues. À coup sûr, les P3 et les différents modèles nous permettent d’engager une discussion avec des intervenants de l’industrie. »

Dans une province où le mouvement ouvrier est robuste et où l’opposition aux P3 de la part du secteur public a été vigoureuse, le ministre Hawkins a mentionné que son gouvernement examine les différentes formes de P3 afin de trouver un terrain d’entente qui tienne compte des difficultés financières. Les établissements de soins de longue durée viennent à l’avant-plan.

« Il n’est pas nécessaire d’avoir un modèle complet de prestation des services. Le modèle peut comprendre la conception, la construction, la gestion de projets, l’entretien, l’exploitation, les services cliniques et la réalisation. Il n’est pas nécessaire d’avoir tous ces services. »

CONTENU CONNEXE

Vidéo des séances de Q et R avec le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités Amarjeet Sohi
(en anglais seulement)

On peut affirmer la même chose des projets de transport, y compris les routes, les ponts et les traversiers, a-t-il souligné.

Mark Romoff, président et chef de la direction du Conseil canadien pour les partenariats public-privé, un organisme sans but lucratif faisant la promotion du développement d’infrastructures P3, a indiqué que même si les P3 ne sont pas une panacée, ils sont « un outil dans la boîte d’outils ». «

Le secteur privé peut participer de différentes façons », a-t-il souligné lors d’une interview.

CONTENU CONNEXE

Mark Romoff, président et chef de la direction, CCPPP, décrit le fonctionnement des P3
(en anglais seulement)

Dans le cadre du modèle des P3, les entreprises forment généralement des consortiums, soumissionnent un projet et, selon leur structure, assument tous les rôles, ou une partie des rôles, allant des modalités de financement privé à la conception en passant par la construction, l’entretien à long terme, voire l’exploitation.

La clé est d’assurer l’optimisation des ressources et la réalisation du projet dans les délais et les budgets impartis. En Ontario seulement, 44 des 45 derniers P3 y sont justement parvenus. M. Romoff dit que ce genre de résultats peut assurément être reproduit à Terre-Neuve-et-Labrador.

« La façon dont vous structurez l’accord contractuel peut varier, mais vous devez veiller à ce que le secteur privé assume le risque parce que ce sont les intérêts en jeu qui vous inciteront à mettre l’accent sur la réalisation du projet dans les délais et les budgets fixés », affirme M. Romoff.

Bien que la majorité des consortiums existant au Canada aient un volet international, la participation des entreprises locales demeure essentielle.

Andrew Gates, vice-président des services d’infrastructure à la société CBCL de Halifax et conférencier, a mentionné que, peu importe le projet, les questions locales ont toujours une influence.

« Il faut tenir compte des contraintes et des besoins locaux », a-t-il souligné lors d’une interview. « En règle générale, la population locale les connaît mieux que quiconque. » C’est la population locale qui fait face aux besoins, et ceux-ci ont probablement été étudiés à plusieurs reprises.

« La population locale pourrait moins bien connaître le mécanisme de réalisation faute d’y avoir participé, mais il est relativement facile à comprendre. C’est la connaissance du projet qui est importante. Les entreprises et organismes de Terre-Neuve-et-Labrador ont tout ce qu’il faut pour faire cela. »

Une étude effectuée pour le compte du Conseil par InterVISTAS Consulting Inc. a révélé que, dans l’ensemble du pays, entre 2003 et 2012, les P3 ont permis de générer des économies de coûts de l’ordre de 9,9 milliards de dollars pour le gouvernement et ont produit des recettes fiscales liées aux P3 à hauteur de 7,5 milliards de dollars.

Des Whelan, président de la chambre de commerce de St. John’s, a mentionné que les P3 conviennent à la situation actuelle puisqu’ils peuvent permettre à un gouvernement à court d’argent comme Terre-Neuve et-Labrador de lancer et de gérer des projets de façon opportune et efficace.

« Ce que nous essayons de faire à l’occasion de cette conférence sur les partenariats, c’est de proposer certaines idées à la collectivité, de créer une sorte de débat public sur de nouvelles façons de financer et de construire l’infrastructure qui pourraient aider Terre-Neuve-et-Labrador à atteindre ses objectifs », a-t-il souligné. « Nous voulons encourager notre gouvernement à être plus innovateur quant à la façon de construire l’infrastructure. »

Des Whelan, président de la chambre de commerce de St. John's, décrit les avantages des P3