April 19, 2016

Bridging the Infrastructure Gap in Canada’s First Nations through P3s

P3's: Bridging the First Nations Infrastructure GapAs Canada moves towards new and innovative ways to meet the increasing demands for infrastructure, First Nations continue to face a staggering infrastructure deficit of as much as $30 billion. An already dire situation is only complicated by an outdated procurement and financial model.

A report commissioned by The Canadian Council for Public-Private Partnerships reveals there is a complex combination of circumstances, which could include the inflexibility of the Indian Act, existing government policies, or First Nations capacity issues contributing to the problem. The time has come to consider applying the benefits of public-private partnerships to address this particular infrastructure deficit.

VIEW REPORT

The report entitled P3s: Bridging the First Nations Infrastructure Gap is intended to initiate a productive process to identify innovative ways and means, including P3s, to provide clean drinking water, safe, quality and affordable housing, and all season roads in and out of the most remote areas.

These are essential to establishing healthy and economically stable communities.

“Infrastructure should support our economies and grow our revenues so we can pay for infrastructure operation, maintenance and replacement,” said Manny Jules, Chief Commissioner, First Nations Tax Commission. “This report provides important recommendations about how First Nations can utilize a tool that is available to other levels of government to build high quality public infrastructure on-time and on budget.”

Grand Chief Warren White of Treaty Three says it is important for First Nations communities to have more options to address their infrastructure needs.

“The people of Treaty Three welcome the findings in the Report that would see new ways of procuring and constructing major infrastructure projects in  our communities,” said Grand Chief White. “Our communities are in dire need of new infrastructure in housing, education and water and wastewater and we know that we need to have all of the infrastructure development tools available to us, like P3 and ASD, if we want to lessen the infrastructure deficit in Treaty Three communities.”

The report says the easiest solution to procuring First Nations infrastructure using the P3 model would be to leverage existing P3 procurement agencies.

“The Canadian P3 model is already a proven means of delivering high performance infrastructure to communities across the country,” said Mark Romoff, President and CEO of the Canadian Council for Public-Private Partnerships. “CCPPP wants to help identify and eliminate the barriers that are preventing First Nations from taking advantage of modern and innovative approaches to infrastructure procurement.”

19 avril 2016

Combler le déficit infrastructurel dans les communautés des Premières Nations du Canada par l’entremise des partenariats public-privé

P3's: Bridging the First Nations Infrastructure GapAlors que le Canada cherche de nouvelles façons innovantes de répondre aux besoins grandissants en infrastructure, les Premières Nations continuent d’être confrontées à un énorme déficit infrastructurel qui frise les 30 milliards de dollars. La situation déjà difficile est exacerbée par un modèle d’approvisionnement et de financement désuet.

Un rapport commandé par le Conseil canadien pour les partenariats public-privé révèle l’existence d’un ensemble complexe de circonstances à l’origine des problèmes rencontrés, notamment la rigidité de la Loi sur les Indiens, les politiques gouvernementales en place et les questions de capacité des Premières Nations. Pour combler ce déficit infrastructurel particulier, le moment est venu d’envisager l’établissement de partenariats public-privé, et les avantages qui en résultent.

VOYEZ LE RAPPORT (en anglais)

Le rapport intitulé P3s: Bridging the First Nations Infrastructure Gap vise à engager un processus productif pour trouver des façons et méthodes innovantes, y compris les P3, de fournir de l’eau potable propre, des logements sûrs, abordables et de qualité et des routes toutes saisons qui permettent d’entrer et de sortir des régions plus éloignées.

Il s’agit de mesures essentielles pour bâtir des communautés saines et stables sur le plan économique.

« L’infrastructure devrait soutenir nos économies et assurer la croissance de nos revenus afin que nous puissions assumer les coûts d’exploitation, d’entretien et de remplacement », a mentionné Manny Jules, commissaire en chef, Commission de la fiscalité des Premières Nations. « Ce rapport fournit des recommandations importantes sur la façon dont les Premières Nations peuvent utiliser un outil mis à la disposition d’autres ordres de gouvernement pour bâtir une infrastructure publique de qualité, et ce, dans les budgets et les délais impartis. »

Le grand chef Warren White de Treaty Three souligne qu’il est important pour les communautés des Premières Nations d’avoir plus d’options pour répondre à leurs besoins en infrastructure.

« Le peuple de Treaty Three salue les conclusions du rapport qui recommandent de nouvelles façons de réaliser et de construire de grands projets d’infrastructure dans nos communautés », a mentionné le grand chef White. « Nos communautés ont grandement besoin de nouvelles infrastructures dans les domaines du logement, de l’éducation, de l’eau et des eaux usées, et nous savons que nous devons mettre à profit tous les outils d’aménagement en infrastructure mis à notre disposition comme les P3 et la DMPS si nous voulons combler une partie du déficit infrastructurel dans les communautés de Treaty Three. »

Selon le rapport, la solution la plus facile pour réaliser les projets d’infrastructure dans les communautés des Premières Nations au moyen du modèle P3 consisterait à miser sur les organismes d’approvisionnement P3 existants.

« Le modèle P3 du Canada a déjà fait ses preuves quant à sa capacité d’offrir une infrastructure performante dans des collectivités partout au pays », a indiqué Mark Romoff, président et chef de la direction du Conseil canadien pour les partenariats public-privé. « Le CCPPP veut déceler et éliminer les obstacles qui empêchent les Premières Nations de tirer avantage d’approches modernes et innovantes au chapitre de l’approvisionnement en infrastructure. »