January 24, 2019

In an Era of Voter Anger, Canadians Continue to Support Public-Private Partnerships to Build Critical Infrastructure

Nanos Research survey also probes views on budget overruns, foreign bidding on projects and the government approvals process

A majority of Canadians (64 per cent) remain supportive of public-private partnerships (P3s) to build much-needed infrastructure, suggests a new Nanos Research survey.

Public-private partnerships are responsible for 281 projects across Canada with those already in operation or under construction valued at $136.9 billion including hospitals, courthouses, highways and bridges, and transit. In Canada, P3s are a delivery mechanism for large-scale public infrastructure assets that are financed wholly or partially by the private sector yet remain publicly owned and controlled.

The survey probed views on a wide range of hot-button infrastructure issues such as who is responsible for budget overruns, foreign companies bidding on Canadian projects and whether governments have a balanced consultation and approvals process between the interests of business and environmental and Indigenous concerns.

The objective of the poll was to gauge whether Canadian infrastructure delivery could become vulnerable to an angry, populist wave as seen in other countries where trust in government, media, big business and institutions have dipped to all-time lows.

“Overall, the survey suggests Canadians continue to support public-private partnerships, but the infrastructure sector is not immune to voter rage,” said Nik Nanos, executive chairman of Nanos Research. “It’s reassuring to see that despite a tumultuous last few years in global politics, Canadians are largely moderate in their views on these issues although there are some significant differences among men and women, the regions and even age groups that bear watching.”

The results were presented by Nanos on January 23 at a CCPPP luncheon in Toronto addressing Voter Rage & Populism: The Threat to Building Infrastructure.

“Given the long-range planning, significant investment and public goodwill needed to bring critical infrastructure to life, it is a sector that is especially vulnerable to changes that favour ideology over sound public policy,” said Mark Romoff, president and CEO of the Canadian Council for Public-Private Partnerships.

“We know this uncertainty drives project risk, leads to reduced competition during procurement and reduces the desire to innovate, which negatively impacts taxpayers and the private sector,” he said. “From previous research conducted by the Canadian Centre for Economic Analysis, we also know delaying or cancelling projects has a significant impact on the Canadian economy and reduces a project’s value significantly over time.”

Infrastructure Approvals Process

  • Close to four in 10 Canadians polled said they believe the approval process for infrastructure projects is tilted in favour of environmentalists and Indigenous communities, with the highest numbers found on the Prairies (58 per cent) and British Columbia (45 per cent). This view was also highest among men (46 per cent) and Canadians aged 55 and older (42 per cent).
  • On the flip side, 27 per cent of Canadians said they felt it was too easy to build infrastructure without considering the impacts on the environment and Indigenous communities, with this view highest in Quebec (42 per cent). Almost twice as many female respondents (34 per cent) agreed with this statement versus males (20 per cent).
  • An additional 27 per cent of Canadians straddled the middle ground and said they thought the country has struck a good balance between economic interests and those of the environmental and Indigenous communities.

Budget Overruns

  • When it comes to who is viewed as responsible for budget overruns on public infrastructure projects, Canadians pointed the finger at the private sector, with 38 per cent of respondents saying companies are charging too much. This view was most prevalent in Quebec at 51 per cent.
  • 29 per cent of Canadians said budget problems arise because of governments changing things in the project — with the highest levels of government-associated problems in the Prairies at 33 per cent. An additional 14 per cent attributed budget increases to “too much unionized labour.”
  • Older Canadians and men polled tended to see government more at fault than respondents who were younger and female.

Infrastructure Procurement Rules

  • Almost half of Canadians (49 per cent) oppose foreign companies bidding on Canadian infrastructure projects, while 41 per cent support a competitive procurement process that may lead to lower prices, broader project experience and better outcomes
  • The Prairies and Atlantic Canada were the most opposed to foreign bidders at 56 per cent and 55 per cent respectively, while British Columbia (47 per cent) and Quebec (44 per cent) were evenly split.

Community Benefit Agreements

  • Canadians were almost evenly split on this issue. Forty-six per cent of those surveyed said they feel it is important local communities benefit from and participate in the development of infrastructure projects in their neighbourhoods, while 43 per cent said they see public infrastructure getting built as already a benefit to the community.
  • Community benefits, which some governments have made mandatory for major infrastructure projects, can include everything from creating apprenticeship programs for local workers to providing compensation for businesses impacted by construction to investing in local community projects and programs.
  • Support for community benefits was lowest on the Prairies (40 per cent) and highest in British Columbia (52 per cent) and Atlantic Canada (50 per cent).

The observations are based on a random telephone survey of 1,000 Canadians, 18 years or older, between September 29 and October 4, 2018. The margin of error is +/- 3.1 percentage points, 19 times out of 20.

VIEW FULL SURVEY RESULTS

About the Canadian Council for Public-Private Partnerships

Established in 1993, CCPPP is a national not-for-profit non-partisan, member-based organization with broad representation from across the public and private sectors. Our mission is to collaborate with all levels of government and Indigenous communities to enable smart, innovative approaches to public infrastructure development and service delivery that achieve the best outcomes for Canadians. The Council is a proponent of evidence-based public policy in support of P3s, facilitates the adoption of international best practices, and educates stakeholders and the community on the economic and social benefits of public-private partnerships.

For media inquiries:
Jennifer Robinson, Director, Communications and Media Relations
The Canadian Council for Public-Private Partnerships
416-861-0605 x210
jrobinson@pppcouncil.ca

Le 24 janvier 2019

À une époque où les électeurs sont en colère, les Canadiens continuent de soutenir les partenariats public-privé pour la construction de l’infrastructure essentielle

Un sondage réalisé par Nanos Research examine les dépassements de coûts, les soumissions étrangères liées aux projets et le processus d’approbation du gouvernement

Selon un nouveau sondage de Nanos Research, la majorité des Canadiens (64 %) continue d’appuyer les partenariats public-privé (P3) pour la construction des infrastructures nécessaires.

Les partenariats public-privé sont associés à 281 projets partout au Canada; ceux qui sont déjà en cours de réalisation ou de construction sont évalués à 136,9 milliards de dollars et comprennent des hôpitaux, des palais de justice, des autoroutes, des ponts et des réseaux de transport en commun. Au Canada, on utilise les P3 comme un mode d’exécution d’infrastructures publiques à grande échelle qui sont financées en tout ou en partie par le secteur privé, mais dont le secteur public conserve la propriété et le contrôle.

Le sondage porte sur un large éventail de sujets brûlants liés à l’infrastructure, par exemple la responsabilité des dépassements de coûts, les sociétés étrangères qui soumissionnent des projets canadiens et la question de savoir si les gouvernements ont un processus équilibré de consultation et d’approbation afin de concilier les affaires et les préoccupations relatives à l’environnement et aux Autochtones.

L’objectif était de déterminer si le modèle canadien d’exécution d’infrastructures peut devenir vulnérable à la vague de colère populiste qui déferle sur d’autres pays où la confiance envers le gouvernement, les médias, les puissances financières et les institutions est plus rare que jamais.

« Dans l’ensemble, le sondage semble indiquer que les Canadiens continuent d’appuyer les partenariats public-privé, mais que le secteur de l’infrastructure n’est pas à l’abri de la colère des électeurs », affirme Nik Nanos, président directeur de Nanos Research. « Il est rassurant de voir qu’en dépit des politiques mondiales tumultueuses des dernières années, les Canadiens ont des opinions en grande partie modérées à ce sujet, quoique certaines divergences considérables entre les hommes et les femmes, les régions et mêmes les groupes d’âges soient à surveiller. »

Nanos a présenté les résultats du sondage lors d’un dîner organisé par le CCPPP le 23 janvier à Toronto sur le thème Électeurs en colère et populisme : une menace pour la construction de l’infrastructure.

« Étant donné la planification à long terme, les investissements considérables et la confiance du public qui sont nécessaires pour implanter l’infrastructure essentielle, ce secteur est particulièrement vulnérable aux changements qui favorisent une idéologie au détriment d’une politique publique judicieuse », explique Mark Romoff, président-directeur général du CCPPP.

« Nous savons que ce genre d’incertitude augmente les risques liés aux projets, entrave la concurrence au cours de l’étape d’approvisionnement et réduit le désir d’innover, ce qui nuit aux contribuables et au secteur privé », ajoute M. Romoff. « D’après des études précédentes menées par le Canadian Centre for Economic Analysis, nous savons également que les retards ou les annulations de projets ont un impact considérable sur l’économie canadienne et réduisent sensiblement la valeur des projets avec le temps. »

Processus d’approbation d’infrastructure

  • Près de 4 répondants canadiens sur 10 croient que le processus d’approbation des projets d’infrastructure penche en faveur des écologistes et des communautés autochtones. Ce point de vue est surtout répandu dans les Prairies (58 %) et en Colombie-Britannique (45 %), et il domine chez les hommes (46 %) et les Canadiens de plus de 55 ans (42 %).
  • Par ailleurs, 27 % des répondants canadiens trouvent qu’il est trop facile de construire des infrastructures sans prendre en considération les incidences sur l’environnement et les communautés autochtones, ce point de vue étant le plus répandu au Québec (42 %). Près de deux fois plus de femmes (34 %) que d’hommes (20 %) adhèrent à cet énoncé.
  • Un autre groupe représentant 27 % des répondants canadiens sont neutres et trouvent que le pays a réussi à concilier ses intérêts économiques et ceux des écologistes et des communautés autochtones.

Dépassements de coûts

  • Quant à savoir qui est considéré comme responsable des dépassements de coûts dans les projets d’infrastructure publique, les répondants canadiens montrent du doigt le secteur privé, 38 % des répondants ayant affirmé que les entreprises facturent des prix trop élevés. Ce point de vue est le plus répandu au Québec (51 %).
  • Selon 29 % des répondants canadiens, les difficultés budgétaires surviennent lorsque les gouvernements insistent pour modifier des éléments d’un projet, point de vue qui domine dans les Prairies (33 %). Une proportion de 14 % des répondants attribuent les augmentations budgétaires à un trop grand nombre d’employés syndiqués.
  • Les répondants canadiens plus âgés et ceux de sexe masculin ont davantage tendance à rejeter la faute sur le gouvernement que les répondants plus jeunes et de sexe féminin.

Règles d’approvisionnement des projets d’infrastructure

  • Près de la moitié des répondants canadiens (49 %) s’opposent à ce que des sociétés étrangères soumissionnent des projets d’infrastructure canadiens, tandis que 41 % des répondants sont en faveur d’un processus d’approvisionnement concurrentiel pouvant mener à des réductions de prix, à l’élargissement de l’expérience en matière de projets et à de meilleurs résultats.
  • Les répondants des Prairies et du Canada atlantique sont les plus opposés aux soumissionnaires étrangers (56 % et 55 % respectivement), tandis que ceux de la Colombie-Britannique (47 %) et du Québec (44 %) sont également divisés sur ce point.

Ententes sur les avantages communautaires

  • Les répondants canadiens sont presque également divisés sur le sujet des avantages communautaires. Selon 46 % d’entre eux, il importe que les collectivités reçoivent des avantages et participent à l’élaboration des projets d’infrastructure menés à l’échelle locale, tandis qu’aux yeux de 43 % des répondants, le fait de voir construire des infrastructures publiques constitue à lui seul un avantage pour la collectivité.
  • Les avantages communautaires, que certains gouvernements incluent obligatoirement dans les grands projets d’infrastructure, sont par exemple la création de programmes d’apprentissage pour des travailleurs locaux, le dédommagement des entreprises touchées par les travaux de construction ou des investissements dans des projets et des programmes communautaires.
  • Les avantages communautaires obtiennent le moins d’appui dans les Prairies (40 %) et le plus d’appui en Colombie-Britannique (52 %) et dans le Canada atlantique (50 %).

Les observations sont fondées sur un sondage téléphonique aléatoire mené auprès de 1000 Canadiens de plus de 18 ans entre le 29 septembre et le 4 octobre 2018. La marge d’erreur est de +/- 3,1 points de pourcentage 19 fois sur 20. Le rapport intégral des résultats est accessible ici.

À propos du Conseil canadien pour les partenariats public-privé

Fondé en 1993, le Conseil canadien pour les partenariats public-privé (CCPPP) est un organisme national non partisan et sans but lucratif qui regroupe des membres des secteurs public et privé. Sa mission est de collaborer avec tous les ordres de gouvernement et toutes les communautés autochtones pour adopter des méthodes intelligentes et novatrices de développer l’infrastructure publique et de fournir des services, afin d’obtenir les meilleurs résultats pour les Canadiens. Le CCPPP préconise des politiques publiques fondées sur des données probantes et favorables aux P3, facilite l’adoption de pratiques exemplaires internationales et informe les intervenants et le public concernant les avantages économiques et sociaux des partenariats public-privé.

Personne-ressource pour les médias
Jennifer Robinson, directrice, Communications et relations avec les médias
Le Conseil canadien pour les partenariats public-privé
416 861-0605, poste 210
jrobinson@pppcouncil.ca